Actus en Nouvelle-Aquitaine

Néo Terra 2 : les propositions FSU sur le fonctionnement interne de la Région

La Région élabore sa feuille de route Néo-Terra 2 pour la transition écologique et énergétique.

Elle succèdera à Néo Terra 1 adoptée en 2019

La démarche Néo terra concerne les politiques de la Région, mais aussi son fonctionnement interne (Ambition 11 de Néo terra 1 et ambition 7 de Néo terra 2).

La démarche a été présentée aux représentant.es des personnels, à une réunion du Comité de dialogue social de la Région le 5 avril 2023. Nous tenons à votre disposition le diaporama qui nous a été présenté.

L’ambition 7, intitulée « la Région, administration engagée » qui porte sur le fonctionnement interne comprend 5 volets :

  • Réduire l’empreinte carbone
  • La Région employeur engagé
  • Être collectivement plus sobres
  • La Région acteur responsable
  • La Région, administration proactive et à l’écoute de ses usagers.

Les syndicats ont été sollicités pour faire remonter leurs propositions. Voici les éléments que vos représentant.es FSU ont adressé à la collectivité début mai.

L’ambition 7 du projet de nouvelle feuille de route NEO TERRA, nous intéresse en tant que représentant.es des personnels, dans sa volonté de réduire l’empreinte carbone de nos activités, de gagner en sobriété et d’être plus et mieux à l’écoute de ses usagers.

Mais la Région doit aussi être plus et mieux à l’écoute de ses agents et renforcer le dialogue social sur l’ensemble de ces questions.Il vaut mieux en effet convaincre que contraindre, les pratiques de chacun n’évolueront que dans le dialogue, et à condition que cela n’ait pas pour conséquence de dégrader les conditions de travail, de rationner les ressources, ou de réduire la qualité du service rendu à nos usagers.

Nous avons repris les 5 volets de l’ambition n°7 « la Région, employeur engagé », tels qu’ils nous ont été présentés, et nous avons formulé à la suite quelques propositions.

Volet 1– « Réduire l’impact carbone » : Propositions FSU

Proposition A : faciliter l’utilisation des transports en commun dans les déplacements professionnels.
Constats  :

  • Les transports en commun sont peu utilisés par les agents pour leurs déplacements professionnels. Depuis la crise sanitaire, l’utilisation du TER entre Limoges et Bordeaux,
    comme entre Poitiers et Limoges, s’est même réduit.
  • En cause l’inadaptation des horaires des TER tels qu’ils ont été mis en place dès la fin 2020.
    Ils obligent à partir de Limoges avant 6h pour participer à des réunions le matin à Bordeaux, depuis la suppression du train de 7h15 (idem depuis 2017 pour des réunions le matin à Poitiers), le rallongement du temps de parcours entre Limoges et Bordeaux (avec notamment le soir l’ajout d’un arrêt prolongé en gare de Thiviers) et l’abandon des rames Régiolis, mieux suspendues et bien adaptées au travail sur ordinateur, qui étaient utilisées depuis 2018 entre
    Limoges et Bordeaux.

Propositions :

  • Prendre en compte également les besoins des agents de la Région pour leurs déplacements professionnels, dans le cadencement des trains et dans les matériels utilisés, les agents sont aussi des usagers du service public régional de transport
  • Faire connaitre aux agents l’offre TER. A titre d’exemple, la ligne de bus entre Limoges et Angoulême (R18) – avec du matériel confortable, équipé de wifi - est de fait presque inaccessible, parce qu’introuvable sur le site sncf connect, comme sur le site ter sncf Nouvelle Aquitaine et difficilement visible sur la plate-forme Modalys.
  • Mettre en place une carte libre circulation pour les agents sur le réseau TER (notre DGS en parlait en 2022 dans un éditorial de « Notre actualité », le journal interne de la Région, mais nous ne voyons toujours rien venir,…), ou à tout le moins, financer l’achat par tous les agents qui le demandent de la carte « TER + » à 29 €, qui offre une réduction de 50 % sur le prix du
    titre de transport.

Proposition B : faciliter l’utilisation des alternatives au véhicule individuel pour les déplacements domicile / travail.
Propositions :

  • Nous réclamons depuis des années la mise en place d’un plan de déplacement
    d’administration, intégrant par exemple des plate-forme de covoiturage interadministration (ou inter-entreprises) : plusieurs milliers d’agents publics travaillent à proximité de l’Hôtel de Région à Bordeaux, des centaines à proximité immédiate de la Maison de la Région à Limoges,…etc. La même réflexion pourrait être menée dans les principales villes de la Région pour les agents des lycées et des antennes
  • Des espaces plus vastes et sécurisés pour garer les vélos, les VAE et les autres engins de mobilité douce, sur les lieux de travail
  • Des espaces permettant aux utilisateurs de vélo de prendre le cas échéant une douche sur le lieu de travail.

Proposition C – Une gestion plus efficace du chauffage des espaces de travail.

Constats  : Les restrictions de chauffage appliquées de façon uniforme dans les locaux administratifs de la Région cet hiver ont été mal vécues par beaucoup d’agents pour plusieurs raisons : iniquité (il faisait parfois 16 °C dans certains espaces, parfois plus de 20 °C dans d’autres), dégradation des conditions de travail, restrictions imposées brutalement sans concertation, mesures qui ne sont sans doute pas les plus efficaces pour un fonctionnement plus sobre de la collectivité.
Propositions  :

  • Mettre en place un système permettant d’individualiser le chauffage dans chaque pièce afin d’assurer une température prescrite de 19°, de baisser plus la température dans les espaces inoccupés,…
  • En période de grand froid, imaginer la fermeture des locaux administratifs le vendredi et les veilles de week-end par exemple

Volet 2– « La Région employeur engagé » : propositions FSU

La Région souhaite développer une marque employeur « Nouvelle Aquitaine engagée » mettant en valeur sa politique RH, et les « avantages et facilités offertes par la collectivité », elle affiche l’ambition de « faire des agents et des recruteurs les ambassadeurs de la collectivité », en renforçant son attractivité.

Proposition D  : Avant de créer une « marque employeur », il faut ouvrir un vaste chantier de dialogue social sur l’attractivité de notre collectivité et le développement des droits des agents

  • D’abord disposer de données partagées sur les départs, les arrivées, les mobilités internes, les difficultés de recrutement, renforcer l’accompagnement des agents inscrits sur liste d’aptitude
  • Ensuite se poser la question de la réévaluation de notre RIFSEEP et de sa mise à niveau par rapport à d’autres collectivités.
  • Lancer un grand chantier sur les conditions de travail qui sont un facteur essentiel de l’attractivité
  • Répondre aux besoins exprimés par les agents sur le sens au travail et sur le sens du travail et des missions qui leur sont confiées.
  • Travailler sur les parcours professionnels des agents, favoriser la mobilité interne choisie,…
  • Etablir des procédures de recrutement écrites et transparentes
  • Lutter contre le sentiment d’éloignement des agents vis-à-vis de la collectivité, particulièrement dans les lycées et les CREPS
  • Améliorer le traitement des situations individuelles et collectives de souffrance au travail au siège comme dans les lycées et les Creps.

Proposition E : Renforcer l’attractivité, c’est aussi ouvrir des possibilités supplémentaires d’aménagement du temps de travail et de Télétravail

  • Renforcer la modularité du temps de travail : offrir la possibilité de 35 heures hebdo sur 4 jours, ou 37 heures sur 4 jours. Cela rejoint aussi les enjeux de l’impact carbone des déplacements
  • Assouplir le régime du Télétravail, en permettant d’aller jusqu’aux 3 jours / semaine comme le permet la loi.

Volet 3 – « Nous pouvons être collectivement plus sobres » : engager les agents dans le changement de pratiques et en faire une valeur commune et partagée : les propositions FSU

Proposition F : Mettre en place un plan de sensibilisation des agents

  • Proposer des ateliers type « fresque du climat » à TOUS les agents
  • Proposer des conférences type « MyCO2 » à TOUS les agents
  • La sensibilisation pourrait aussi prendre la forme de « challenges » questionnant les pratiques au travail comme dans la vie personnelle.
  • Sensibiliser aussi sur l’impact de l’utilisation du numérique
    La proposition de la Région « d’optimiser l’usage des bâtiments administratifs » associée aux exemples qui sont cités : « bureaux partagés, flex office,… », ne nous convient pas en l’état.

L’optimisation de locaux de travail doit être pensée au regard de l’évolution de la manière de travailler et des besoins des agents et dans le cadre d’un dialogue social approfondi avec les Instances de représentation du personnel et les agents eux-mêmes.

Volet 4 – « La Région, acteur responsable » : propositions FSU

En complément des propositions faites dans le document présenté

Proposition G  : Dans les lycées et les Creps, développer la dotation de matériel comme les chariots de ménage à pré-imprégnation (qui limitent la consommation en eau), l’utilisation de l’eau ozonée, à la place des produits d’entretien classiques.

Volet 5 : « La Région, administration proactive et à l’écoute de ses usagers »

Les délais d’instruction des demandes d’aide n’ont cessé de s’allonger au fil des ans, souvent du fait de la complexification des procédures internes, de l’alourdissement de la pyramide hiérarchique, de délais de confort qui sont ajoutés.
Nous souscrivons à l’objectif de simplifier les procédures et de parvenir à fournir des réponses plus rapides aux usagers.

N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques, de vos réflexions et de vos propositions sur la question.

La FSU territoriale, premier syndicat à la Région Nouvelle-Aquitaine

POUR LE SERVICE PUBLIC FAIRE BARRAGE A L’EXTREME-DROITE

Depuis des années les gouvernements en place s’opposent à nos revendications et les politiques libérales mettent à mal (...)

Lycées / Siège : alerte sur l’emploi à la Région

En cette fin d’année scolaire, au moment où les choix budgétaires de la Région pour 2025 se préparent, la question des (...)

Pourquoi il faut battre l’extrême droite dans les urnes les 30 juin et 7 juillet ?

En tant qu’agent.es du service public, nous savons à quel point nos missions sont essentielles pour garantir (...)