Actus nationales

Vendredi 13 octobre : mobilisation en France et dans toute l’Europe pour les salaires, les droits sociaux et l’égalité

L’intersyndicale nationale appelle toutes et tous à rejoindre les manifestations du vendredi 13 octobre.

Au cours des derniers mois, les travailleuses et les travailleurs sont descendus dans la rue partout en Europe. En France, l’intersyndicale a conduit un mouvement social historique pour s’opposer à la réforme des retraites qu’elle continue de dénoncer. La journée du 13 octobre représente une première mobilisation dans un cadre syndical européen.

Le mouvement syndical européen est appelé à se mobiliser pour plus de solidarité, pour, l’emploi et pour une économie qui donne des résultats concrets aux travailleuses et travailleurs, pour des salaires plus élevés et des emplois de qualité, pour une plus grande protection sociale, pour une transition environnementale socialement juste, pour des investissements pour des services publics de qualité qui garantissent les droits des citoyennes et citoyens.

Les organisations syndicales françaises s’opposent à toute décision européenne qui conduit à des politiques d’austérité.

En France, de nombreuses négociations sont en cours, il faut donc se mobiliser pour qu’elles aboutissent à une amélioration des droits des travailleuses et travailleurs. A quelques jours de la Conférence sociale, les organisations syndicales et de jeunesse sont unanimes sur la nécessaire égalité femmes-hommes, sur l’augmentation des salaires, du SMIC, des pensions, des minima sociaux et bourses d’études, mais aussi sur la conditionnalité des aides publiques aux entreprises. L’intersyndicale rappelle que les exonérations et allègements de cotisations sociales accordés aux employeurs fragilisent notre système collectif de protection sociale.

De même, les organisations syndicales qui participent aux négociations sur les retraites complémentaires Agirc Arrco et l’Assurance chômage y porteront leurs revendications et y pèseront de tout leur poids pour améliorer les droits des retraité.es et des chômeuses et chômeurs.

Les politiques d’austérité sapent aussi les services publics, particulièrement l’Hôpital ou l’Education Nationale.

L’intersyndicale l’affirme, ce ne sont pas des dépenses mais des investissements pour notre société et la population.

Les services publics sont une richesse pour toutes et tous.

Les organisations syndicales rappellent leur attachement aux valeurs républicaines, aux libertés démocratiques, individuelles et collectives en particulier le droit de grève et de manifester.

L’intersyndicale réaffirme son refus de toute régression sociale et appelle, le 13 octobre, à se mobiliser par des rassemblements, des manifestations, des actions, y compris par la grève et des débrayages, pour plus de justice sociale.

Pour plus de justice sociale, toutes et tous mobilisé·es le 13 octobre !

La FSU Territoriale a déposé un pré-avis de grève national pour la journée du 13 octobre 2023, qui couvre l’ensemble des agents de la Territoriale, fonctionnaires et contractuels, qui souhaitent exercer leur droit de grève (cf. document ci-dessous).

La FSU rappelle ses revendications :

  • Abrogation de la réforme des retraites et retour à 60 ans comme âge légal de départ ;
  • Augmentation immédiate de 10% de la valeur du point d’indice et indexation des
    minima sociaux, des pensions et du point d’indice sur l’inflation ;
  • Révision des grilles indiciaires pour corriger le tassement des carrières et les inégalités
    femmes-hommes ;
  • Un plan de titularisation pour résorber la précarité dans la fonction publique et des
    recrutements statutaires ;
  • La réduction du temps de travail à 32 heures par semaine sans perte de salaire ;
  • Des dotations aux services publics à la hauteur des enjeux sociaux et écologiques.

Concernant les enjeux écologiques lire notre tract.

MOBILISONS NOUS AUSSI POUR UNE TRANSITION ECOLOGIQUE JUSTE

OU MANIFESTER EN NOUVELLE AQUITAINE ?

Voir en ligne les différents lieux de manifestation.

  • 16 : Angoulême à 10h, Parvis de la gare, Cognac à 17h30, Place François 1er
  • 17 : La Rochelle à 14h30 Parvis de la gare, Saintes à 10h30, Palais de justice, Rochefort à 10h30 Place Colbert
  • 19 : Tulle à 10h30, Marché couvert (gare), Brive à 10h30, Place de la Guierle, Ussel à 16h, Place Voltaire
  • 23 : Guéret à 10h30 devant la Préfecture.
  • 24 : Périgueux à 11h, Palais de justice, Bergerac à 10h30, Palais de justice, Sarlat à 15h, Grande Rigaudie
  • 33 : Bordeaux à 12h30 Place de la République
  • 40 : Mont de Marsan à 11h30 devant la Préfecture
  • 47 : Agen à 10h, place de la République
  • 64 : Bayonne à 10h30, Place St Ursule, Pau à 10h30 Place de Verdun
  • 79 : Niort à 12h, place de la brèche
  • 86 : Chatellerault à 10h au Kiosque, Poitiers à 14h, Promenade des cours
  • 87 : Limoges à 14h00 au carrefour Tourny et manif (Tourny, mairie, Gambetta, place d’Aine, place D. Dussoubs, av. de la Libération, Garibaldi, Tourny)

La grève à la Région en 9 questions

1 - Je suis contractuel.le, ou je suis fonctionnaire stagiaire, ou je suis arrivé.e depuis peu à la Région, est ce que je peux faire grève ? OUI. Le droit de grève est reconnu à tous les salarié.es qu’ils soient fonctionnaires (titulaires ou stagiaires), contractuel.les de droit public (CDD ou CDI) ou de droit privé (apprentis,…), quelle que soit leur ancienneté dans la Fonction Publique en général ou à la Région en particulier.

2 – Si je fais grève, est-ce que ma hiérarchie peut me le reprocher ? NON, le droit de grève est un droit imprescriptible, qui est inscrit dans la Constitution. Le questeur l’a encore rappelé, au nom du Président, lors de la dernière réunion du CST le 6 mars 2023. Il a proposé aux représentants des personnels de lui signaler immédiatement toute difficulté rencontrée : n’hésitez pas à nous alerter si cela arrive. fsu@nouvelle-aquitaine.fr

3 – Mon employeur ou ma hiérarchie peuvent-ils m’empêcher de faire grève, parce que le service ne serait pas rendu ? NON. Il n’y a pas à la Région Nouvelle Aquitaine de service minimum, même en restauration dans les lycées. C’est aux autorités fonctionnelles des lycées et des Creps ou à l’Administration dans les sièges, d’adapter le niveau de service à rendre aux usagers en fonction du nombre d’agents effectivement présents : par exemple fermer l’accueil, la restauration,…. La réquisition d’un fonctionnaire ne peut être prononcée que par un arrêté du Préfet.

4 – Suis-je obligé de me déclarer gréviste à l’avance ? NON. Vous pouvez vous décider au dernier moment et déclarer votre absence le jour même. C’est à l’employeur de recenser le nombre de grévistes. Dans les sièges, il est demandé aux agents de déclarer leur absence dans INCOVAR (rubrique « se gérer/absences »).

5 – Est-ce que je suis obligé de faire grève la journée entière ? NON. Vous pouvez faire grève, la demi-journée, ou bien simplement une heure ou deux heures. La durée minimale de grève est d’une heure. La loi impose de cesser complétement le travail pendant le temps de grève.

6 – Si je fais grève, combien vais-je perdre d’argent  ? Le prélèvement sur traitement est effectué par les services de la DRH à due proportion de la durée de l’arrêt de travail. 1/151,67ème du traitement mensuel pour une heure de grève, 1/75,83ème pour deux heures, 1/60ème pour une demi-journée, 1/30ème pour la journée complète.

A noter que faire grève un vendredi, veille de week-end, n’a pas d’incidence sur la rémunération des agents pendant le week end, qui sera payé notamelement.

7 – Comment être sûr que je serai bien recensé comme gréviste et que cela sera pris en compte dans les statistiques nationales ?
La Région déclare à 15h à la Préfecture le nombre d’agents grévistes, vous devez donc vous déclarer avant, sur Incovar pour les sièges, auprès de l’autorité fonctionnelle pour les lycées et les Creps.

8 - Si je suis en télétravail, est ce que je peux faire grève ? OUI bien sûr, pour la journée, la demi-journée ou seulement pour une ou deux heures. Le droit au forfait de 10 jrs/mois n’est pas affecté. Le dysfonctionnement éventuel d’Incovar, ne peut empêcher un télétravailleur de faire grève. En cas de blocage sur Incovar il faudra régulariser ultérieurement. Vous pouvez également faire grève un jour où vous êtes en présentiel, même si vous avez posé 3 jours de télétravail sur les autres jours de la même semaine.

9 – Si je suis géré par Incovar (sièges), et que je fais grève seulement quelques heures, est-ce que je dois dépointer au moment de me mettre en grève ? NON. La déclaration sur Incovar est suffisante. Le temps de grève ne sera pas retranché de mon compteur horaire. Si je n’ai pas déjà badgé en entrée sur la demi-journée et que je reprends le travail (par exemple en fin d’après-midi) après mon temps de grève, je dois alors badger en entrée

La FSU territoriale, premier syndicat à la Région Nouvelle-Aquitaine

POUR LE SERVICE PUBLIC FAIRE BARRAGE A L’EXTREME-DROITE

Depuis des années les gouvernements en place s’opposent à nos revendications et les politiques libérales mettent à mal (...)

Lycées / Siège : alerte sur l’emploi à la Région

En cette fin d’année scolaire, au moment où les choix budgétaires de la Région pour 2025 se préparent, la question des (...)

Pourquoi il faut battre l’extrême droite dans les urnes les 30 juin et 7 juillet ?

En tant qu’agent.es du service public, nous savons à quel point nos missions sont essentielles pour garantir (...)