Actus nationales

Le 8 mars et tous les autres jours, continuons le combat pour l’égalité professionnelle !

La journée internationale des droits des femmes est l’occasion pour la FSU Territoriale de mettre en avant ses revendications pour l’égalité professionnelle.

Dans la Fonction publique, et en particulier dans le versant territorial, les femmes, qui représentent la majorité des effectifs, touchent les salaires les plus bas et occupent les postes les plus précaires (temps partiels subis et emplois à temps non complet faiblement rémunérés). Elles sont les premières victimes de la crise inflationniste qui s’est installée. Cet effet est renforcé par la faible application de la prime de pouvoir d’achat, censée justement bénéficier aux agent.es les plus précarisé.es. Nous exigeons un plan d’urgence pour l’égalité, financé par la
redistribution et une meilleure répartition des richesses.

Des avancées ont pu être obtenues en matière de lutte contre les inégalités femmes/hommes grâce à la détermination de la FSU et aux mobilisations sociales. Cependant les femmes sont toujours rémunérées, en moyenne, 25 % de moins que les hommes. Les cadres d’emplois les plus féminisés (ATSEM, auxiliaires de puériculture, de soins, assistant.es socio-éducatifs, infirmières, puéricultrices, agents sociaux, personnels d’entretien, administratifs…) sont en effet les moins bien valorisés.

La situation des assistantes familiales témoigne aussi de la précarité qui touche majoritairement les femmes, tout comme l’augmentation constante des contractuel.les depuis la loi de transformation de la Fonction publique.

Pour faire enfin de l’Égalité une réalité, les politiques publiques doivent être repensées et les budgets revalorisés. La FSU Territoriale exige des employeurs territoriaux la mise en place des mesures permettant de gommer les effets négatifs sur la rémunération des femmes : déroulement de carrière, part variable de la rémunération, régime indemnitaire, revalorisation des métiers à prédominance féminine, temps de travail, temps partiels, temps incomplets… Cela permettra notamment de relever le niveau des pensions de retraite des femmes.

À TRAVAIL ÉGAL, SALAIRE ÉGAL !

Pour la FSU Territoriale l’égalité n’est pas un slogan mais un principe qui doit s’appliquer. Les services publics doivent être renforcés par des mesures qui consolident les droits et les missions de toutes et tous, qui améliorent les conditions de travail et par une véritable revalorisation des salaires, des carrières et des pensions des agent.es.

La FSU Territoriale rappelle ses revendications en matière d’égalité professionnelle, en particulier :

  • la revalorisation des cadres d’emplois majoritairement occupés par des femmes,
  • un plan de titularisation de toutes et tous les précaires,
  • la mise en œuvre des plans d’action en faveur de l’égalité professionnelle entre
    les femmes et les hommes avec des objectifs chiffrés de réduction des inégalités.

Contre les violences sexuelles et sexistes sur les lieux ce travail

Chaque année 553 000 agressions sexuelles sont commises et 230 000 femmes sont victimes de violences conjugales. Propos, agissements sexistes, agressions, viols, la sphère professionnelle est également concernée par les violences sexistes et sexuelles puisque 1 femme sur 3 déclare avoir été victime de harcèlement sexuel au travail.

La lutte contre les violences faites aux femmes, sur le lieu de travail comme dans la société en général, est une responsabilité syndicale.

Les agentes des services publics ne sont pas épargnées par les violences au travail. La FSU a déjà
obtenu la création des cellules d’écoute, l’élection de référent.es violences sexistes et sexuelles au sein des F3SCT, des campagnes de sensibilisation, et la prise en compte des violences conjugales par les employeurs publics.

Le manque de moyens dédiés et les freins existants entravent néanmoins la mise en oeuvre de ces décisions. La FSU Territoriale continuera de défendre pied à pied chacune des mesures nécessaires pour contraindre les employeurs publics à mener des politiques ambitieuses contre les violences faites aux femmes sur les lieux de travail.

La prévention des VSS au travail passe par la protection de l’emploi et de la carrière des victimes
(aménagement d’horaires, de poste, des congés, mobilité imposée de l’agresseur, possibilités de
mobilités fonctionnelles ou géographiques choisies, la prise en charge médico-sociale et psychologique des victimes sans frais…).

Elle passe aussi par la formation des professionnel.les, des représentant.es du personnel et par des campagnes de sensibilisation sur les lieux de travail.

La FSU exige que l’axe 5 des plans d’action Egalité professionnelle dans les collectivités soit financé à la hauteur des enjeux que représente l’objectif d’éradiquer les violences sexistes et sexuelles au travail. La FSU réaffirme la nécessité de développer les moyens des services publics, tant dans la prévention, que dans l’accompagnement des victimes.

Un préavis national de grève a été déposé par le SNUTER-FSU.

Il couvre l’ensemble des agent.es (fonctionnaires et contractuel.les) qui souhaitent exercer leur droit de grève afin de participer aux différents rassemblements et autres initiatives qui sont organisées le 8 mars dans toute la France (voir en pj le texte du préavis).

Il permet d’observer un temps de grève de une heure, deux heures, une demi-journée, ou bien la journée entière.

LA CARTE DES MOBILISATIONS LE VENDREDI 8 MARS 2024

A BORDEAUX :

– 10h : café débat au Pub Saint Aubin Place de la Victoire à l’appel de l’Intersyndicale 33 (FSU, CGT, Solidaires, UNSA, CFDT, CGC , FIDL, FSE, UNEF) : partageons témoignages, ressources, envies, besoins. Comment porter nos revendications féministes et faire avancer nos droits dans nos métiers, nos quotidiens.
– 12h : départ de la Manifestation → de la Place de la Victoire jusqu’à la Place Stalingrad. Rejoignez le camion intersyndical des rosies !
– 16h : AG → Quai des Queyries.
– 18h : Musique & Apéro → Quai des Queyries.

A LIMOGES

15h40 : Carrefour Tourny, village avec stands et animations du collectif 8 mars 87
15h40 : Carrefour Tourny, manifestation suite à l’appel à la grève de l’intersyndicale
17h30 : Rassemblement, devant la mairie de Limoges à l’appel du collectif 8 mars 87
19h – 23h : Soirée festive et conviviale, salle du temps libre (derrière la mairie de Limoges).

A POITIERS
17h30 - prise de paroles devant l’hôtel de ville
18h30 - déambulation féministe au départ de la Place d’Armes
En soirée : Soirée festive à "L’envers du bocal"

Voir la carte des mobilisations

La FSU territoriale, premier syndicat à la Région Nouvelle-Aquitaine

A l’ordre du jour des instances de dialogue social en avril

Au CST du 4 avril 2024 à Limoges : Le bilan du plan de formation des agents 2021-2023 (pour information). Lire à ce (...)

CST du 6 mars 2024 : Compte-rendu

Le CST a été réuni à Poitiers ce 6 mars 2024, avec à l’ordre du jour :
• La modification d’organisation de la Direction (...)

Entretiens pro : quels sont vos droits ?

La campagne des entretiens professionnels annuels (EPA) se tient du 12 février au 5 avril 2024 à la Région.
Le (...)