Actus en Nouvelle-Aquitaine

Dotation en postes dans les lycées : les propositions des élu.es FSU

Dans les lycées et les CREPS, les moyens en postes sont répartis en fonction de critères (pour l’essentiel les surfaces à entretenir et le nombre de repas servis) inscrits dans un « outil de dotation  »adopté fin 2018 par la Région malgré l’opposition unanime des organisations syndicales.

Nous mettions en cause une harmonisation par le bas de critères de dotation entre les 3 anciennes Régions.

Les 1er dialogues entrepris ont confirmé nos craintes, sur l’insuffisance des moyens humains affectés aux lycées.

Des pertes de postes en nombre important ont été constatées dans plusieurs lycées particulièrement en Limousin, suscitant un 1er mouvement de grève des agents à l’automne 2019 puis un 2ème (intersyndical) au printemps 2022. Par ce mouvement, l’intersyndicale avait gagné la suspension des dialogues à la mi 2022 et l’ouverture de nouvelles discussions avec l’Exécutif qui se sont prolongées jusqu’en février 2023.

Dans ce cadre, nous avons rappelé à de multiples reprises notre revendication de renforcer les moyens dédiés à l’entretien des locaux, l’accueil, la restauration et la maintenance.

Ce qui suppose de revoir de fond en comble les critères de dotation.

L’Exécutif a refusé de remettre à plat les critères, considérant qu’ils permettaient de rendre dans le bonnes conditions le service rendu aux usagers.

Dans l’objectif d’obtenir malgré tout des avancées pour les agents, nous avons adressé en février 2023, à l’Exécutif des propositions d’évolution de l’outil de dotation.

1 – Prise en compte des restrictions médicales :

Ajouter 0,1 équivalent temps plein pour les restrictions médicales lourdes, en sus des 0,1 déjà appliqués pour les agents âgés de plus de 55 ans.

2 - Lingeries :
Lorsqu’il y a une lingerie mutualisée 0,1 équivalent temps plein ne suffit pas.
En effet, pour les gros établissements, cette quotité de temps n’est pas suffisante pour la gestion du linge des agents en amont et en aval des livraisons.
De plus, la méthode de pré-imprégnation, certes beaucoup plus ergonomique pour les agents, génère des contraintes supplémentaires. Pour les établissements concernés : achat en nombre important de bandeaux (1 pour 25m2), qui ne peuvent être traités par la lingerie mutualisée qu’une fois secs, ce qui nécessite d’identifier des lieux de séchage des bandeaux souillés dans des conditions d’hygiène qui ne sont pas appropriées. Il serait préférable de nettoyer les bandeaux au sein de l’établissement, afin de garantir des conditions de travail et d’hygiène correctes.
Notre proposition : augmenter les équivalents temps plein lorsque l’établissement est rattaché à une lingerie mutualisée, en fonction du nombre d’agents ou de l’utilisation de la méthode de pré-imprégnation, en augmentant les ETP par strates d’effectifs d’agents.

3 - Espaces verts :
Certains établissements ont une surface d’espaces verts qui génère des équivalents temps plein, en application de l’outil de dotation, par exemple lorsqu’il y a des sections sportives (terrain de foot, terrain de rugby).
Hormis l’intérêt d’avoir du matériel performant, est-il nécessaire que ces établissements soient rattachés à une équipe mutualisée ?
Notre proposition : les établissements concernés pourraient être dotés d’agents espaces verts et une convention serait passée pour du prêt de matériel avec les équipes mutualisées.

4 - Encadrement :
Au-delà de 25 agents un poste de RET (Responsable des équipes techniques) à temps complet est créé et ce quel que soit le nombre total d’agent (25 ou 40 et plus).
Notre proposition : ajouter des encadrants intermédiaires dans les établissements de plus de 30 agents avec des équivalents temps plein évoluant en fonction du nombre d’agents au-dessus de 30, par exemple 0.2 ETP de 30 à 35, 0.4 ETP de 35 à 40, 0,5 etp au delà …

5 - Accueil tardif :
Comment est pris en compte l’accueil tardif dans les établissements où celui-ci est nécessaire lorsque les élèves ont des activités liées aux sections sportives, musicales, artistiques…… ?
Notre proposition : au-delà de 20h et jusqu’à 23h, compter heure pour heure et abonder les ETP en ce sens.

6 - Absences syndicales :
Les décharges syndicales régulières des agents sont connues dès le mois de janvier.
Concernant les ASA 16, 17 et 18, nous demandons que soit évalué au mieux les absences que cela génère.
Notre proposition : Abonder en ETP la dotation des établissements concernés afin de pallier ces absences.

7 - Remplacements :
Les absences dans les petits établissements sont beaucoup plus difficiles à absorber du fait du petit nombre d’agents. Par exemple, sur un établissement de 8 agents, l’absence de 8h se reporte sur les 7 agents. Par contre, sur un établissement de 30 agents, l’absence de 8h se reporte sur les 29 agents.
Notre proposition :
- remplacer au plus vite les absences, systématiquement et sans délai de carence au moins pour les petits établissements,
- créer en nombre important des postes supplémentaires de Titulaires remplaçants. Ces derniers sont aujourd’hui hélas beaucoup moins nombreux qu’en 2016 au moment de la fusion. Nous demandons une programmation pluriannuelle des créations, qui doivent correspondre à des créations nettes. Nous demandons que les titulaires remplaçants soient positionnés sur des remplacements d’arrêts de courte durée sans délai de carence.

Photo : Lycée Camille Julllian (Bordeaux).

La FSU territoriale, premier syndicat à la Région Nouvelle-Aquitaine

POUR LE SERVICE PUBLIC FAIRE BARRAGE A L’EXTREME-DROITE

Depuis des années les gouvernements en place s’opposent à nos revendications et les politiques libérales mettent à mal (...)

Lycées / Siège : alerte sur l’emploi à la Région

En cette fin d’année scolaire, au moment où les choix budgétaires de la Région pour 2025 se préparent, la question des (...)

Pourquoi il faut battre l’extrême droite dans les urnes les 30 juin et 7 juillet ?

En tant qu’agent.es du service public, nous savons à quel point nos missions sont essentielles pour garantir (...)